Quelques mots.

Pour une fois je ne vous fais pas un roman. Je pose juste ces quelques mots pour vous dire quelques petits trucs.

Que tout d’abord on ne se refait pas. Coeur d’artichaut j’étais, coeur d’artichaut je resterai. Et oui, célibataire certes mais toujours en train de courir plusieurs lièvres à la fois !

Depuis quelques temps je comptais vous faire une nouvelle publication dans « Mes Belles Rencontres », pour vous raconter le début de ce qui est pour l’instant la plus belle histoire de ma vie. Sauf qu’entre temps, mon ex a encore fait des siennes. Du coup, je n’en ai même plus envie. On verra si elle me revient mais ce n’est pas sûr.

Juste pour faire court, ma meilleur amie a préféré m’annoncer elle-même que Monsieur s’était remis en couple. Je comprends tout à fait son geste, j’aurais surement fait pareil pour elle mais comme j’aurais préféré ne pas savoir qui était l’heureuse élue… J’aurais tout imaginé mais ça, c’est gros quand même ! A tel point que je n’y crois qu’à moitié.

Quand je pense qu’elle fût le motif de notre dernière dispute et qu’il me maintenait droit dans les yeux qu’elle ne lui faisait aucun effet Faut croire que le temps passe. Et lui qui avait si peur d’une relation à distance, il se met en couple avec une meuf qui vit à Varsovie alors qu’il va lui-même passer les 6 prochains mois de sa vie aux Pays-Bas. Easy quoi !

En gros, ce qu’il n’était pas capable de faire pour moi, la soi-disant femme de sa vie, celle avec qui il a passé 4 ans, il est capable de le faire pour une pute fille qu’il connaît depuis moins d’un an…

Thomas, sache-le, pour moi tu es mort !

Dans le mot sexfriend, il y a…

Il y a bien sûr le mot sexe, mais il y a aussi celui ami.

Et bien sûr, comme je ne suis pas tout à fait une fille comme les autres, quand je décide finalement à me laisser avoir par ce type de relations, c’est plus pour l’amitié que pour le sexe.

Oui oui, vous avez bien lu. Avant toutes choses je tiens à vous dire qu’à l’heure qui l’est je ne suis pas sûre de me lancer dans cette folle aventure et vous allez vite comprendre pourquoi.

Faut dire qu’à force de parler ouvertement d’absolument tout avec ses potes, mecs y compris, on arrive assez vite à la conclusion que puisqu’on a besoin/envie de la même chose au même moment, pourquoi ne pas le faire ensemble ?

C’est comme ça que tu te retrouves à poil dans un pieu avec l’un de tes meilleurs potes. Et là c’est quitte ou double. Soit vous êtes vraiment sur la même longueur d’ondes et c’est que pour le cul, soit vous n’osez pas vous mettre en couple, soit le pire des cas, l’un veut que du sexe et l’autre veut une réelle relation. Je sais pas trop quel est notre mon cas.

Il faut dire qu’on n’en est pas arrivé là par hasard. On se tournait autour depuis un moment. On a failli se mettre ensemble puis j’ai pris le temps de réfléchir, en le laissant un peu (beaucoup) poireauter, pour finalement faire marche arrière en lui disant que je n’étais pas prête. Pas envie de recommencer une histoire, pas envie de « gâcher » ces moments entre potes…

Puis on arrive à cette évidence, t’as envie de baiser, j’ai envie de baiser, baisons !

Autant je ne me posais pas trop de questions avec mes coups d’un soir en mode Erasmus, autant là, c’est plus complexe. Comment agir face aux autres ? On le dit à la bande de potes ou on le garde pour nous?

Ce qui me retient dans cette histoire c’est que je sais qu’à la base il voulait plus. Je sais aussi que bien qu’il me fasse rire, qu’il me plaise assez et qu’on ait pas mal de goûts en commun, ce n’est pas viable. Ce n’est pas pour être méchante mais on a pas les mêmes objectifs de vie, pas les mêmes visions. Oui ça ira un temps mais à moins qu’il change énormément de façon de penser et d’agir, je me lasserai vite. Et malheureusement j’ai bien peur que lui ne se lasse pas. J’ai jamais eu pour but de faire du mal, et encore moins aux amis… C’est pour ces raisons que je ne me suis pas lancée dans une relation de couple avec lui. Pourtant, quand on passe ces soirées tous ensemble, le feeling qui passe entre nous est palpable, presque gênant.

Et nous voilà donc tous les deux, oui nous deux, dans ce lit. Et là, là je comprends qu’en fait ce n’était pas vraiment le sexe qui me manquait mais tout ce qui va avec. Vous savez, ces moments où vous vous retrouvez dans les bras l’un de l’autre, moment un peu à part. Puis vous discutez, de tout, de rien, et vous êtes juste bien !

Voilà en fait c’est ça que je veux moi ! Cette tendresse, ces discussions sur l’oreiller… Oui je sais, c’est pas possible de n’avoir que ça. A vrai dire ça correspond pas vraiment à une relation entre sexfriends… C’est plus quelque chose qu’on fait avec SON mec, non ? Quel mâle digne de ce nom serait assez fou pour accepter ça ? Puis d’ailleurs, est-ce que ce type de moment est vraiment possible sans le reste ? J’en suis pas si sûre ! Allo Jean-Jacques, j’ai envie d’un gâté (câlin), là tout de suite. RDV dans 5 minutes chez moi. Lol ! Non non pas de sexe, juste un gros hug quoi.

Là tout de suite, il y a tout et rien entre nous. J’ai carte blanche. Il suivra ma décision quelle qu’elle soit. Problème, comment lui dire ce que je veux vraiment ? Je ne sais pas où ça va me mener, je ne sais pas si ça se reproduira, si l’on se retrouvera une nouvelle fois que tous les deux, mais dans tous les cas, ça fait du  bien d’être dans les bras de quelqu’un et encore plus quand tu sais que la personne en question a un minimum de respect et d’intérêt pour toi. C’est pour ça que quitte à avoir une relation comme celle-ci, autant que ce soit avec quelqu’un que tu connaisses et qui tiendra compte de tes attentes, contrairement à tous les morts de faim des sites de rencontres.

Mes belles rencontres # 2 – My Lovely Ammie

I ‘ve met a lot of wonderful people in my life but some of them have a special place in my heart. It would be not fair to keep this special person only for me. So, let me introduce you Ammie !

You know that I don’t really believe in « coup de foudre », but I deeply think that Ammie is my soul mate. I don’t know how to explain that but we understood each others (even with my very bad English ^^).

I met her the same day of the rest of our group, the third day of my amazing experience in the Netherlands. If I remember well, we didn’t talk a lot this day. We didn’t sahre the same room but I started to be friend with another girl from Thailand, Cake.

I’ll always remember this last night of our integration trip. Everyone was so exited to meet each others. I guess we kept talking and playing all together until 2 AM this night. I was with some boys during this « party » and I think she was talking with some Canadians. I, was with this handsome Russian guy, my new US friend and probably my two best German friends.

I didn’t talk much with Ammie this night but we just smiled each others, like if even without talking, we already knew that we will become friends.

I knew nothing about her, just that she is Thai and studying in Stockholm. We had no class in common, and we could have no chance to see each others again during our exchange.

But, the second week-end after our coming in the Netherlands, we planned a two days trip in Amsterdam. At first, we were only two girls with more than 10 boys… I just went to the pre-party to book our tickets and the hostel for Amsterdam. Mia went to the party too and finally, Ammie decided to come with us. I was so glad to visit this new city with these two girls.

Then, I had to move to a new appartment. By chance, I finally found a room in this big building, in the suburb of Rotterdam. I was worried to be the only one from our group to live so far away. Then, talking with Ammie on Facebook, we understood each other that we are in fact living in the building ! Lucky me, living the floor upstair from Ammie ! It was the day before our trip to Amsterdam. We went to the room of another guy of our group, Michal, a very nice guy who helped me a lot to go to the train station, the last day. Michal cooked for me some exellent pastas. We became « De Wilgenborg Team ».

On saturday morning, Ammie and me took our big bags and went to the train station to join our new friends, ready to discover Dam baby !

My first coffee shop, the best parties were with Ammie. She has been a big sister and a best friend in a same time. Most of my giggles have been with her. This girl speaks divinely English, she cooks so well. She taught me a lot. A lot about cooking, about love, about everything. At first I felt ill at ease to know she was older than me. I was worried cause I was thinking she will find me too childish. Maybe she did but it wasn’t a problem to be friend. She knows everything about my love affairs in the Netherlands, and I guess I have known a lot too ^^.

I will never forget our first trip by bike. You, driving my so little French bike, and me at the back. I had to get off in the ways up. We obviously got lost this night while all our friends were waiting for us. And we finally came back home, by waling, Michal on my bike, and completly wet because of the snow. What a funny night. And these nightswhere after pre-drinks we took our bikes to go to De  Beurs or BED. What good moments with you.

You know what ? When I talked to you to my family, I said you are my example, the most beautiful person I have met there. Of course, I love all our friends and I hope to keep in touch with all of them but if I should keep only one person, it would definetly be you !

I will never forget these pizzas shared in your room, our visits at Albert Heinj. The day where we got lost by coming back home from the Uni. And what is probably our biggest thing in common, our greed ^^. It’s why we decided to buy an oven. How we were proud to have our new game ^^.  If  I became so fat during this exchange it’s also a bit your fault.

I will never forget the fear I had this night where you were following me by bike and when I suddenly didn’t see you. This night where you fell off your bike cause of our speed and these two nice Spanish guys ^^. I imagined the worst, and the end of our exchange. But Ammie, you are a warrior ^^.

I love you a lot, and even if I’m not sure to see you again, (but I’ll do my best), I will never forget this exchange and it’s thank to you. You made it even more special.

If I was a guy, or if we aren’t so much in love with boys, I’ll definitely marry you ^^.

Even this night where you were in the kitchen during my date with the most handsome guy ever, I was glad to share this moment with you and this very good white wine ^^.

I think I can speak about anything with you, about love, sex or even politics.

Ammie, never forget, Brazilian guys are the best to sleep with ^^ . Thank you to have chosen Rotterdam, and this building. If I have known, I would ask to be your roomate because in fact, it was quite the same, always together or talking on Facebook ^^.

And you know what ?  I think we were the real « Dream Team » of this exchange <3.

PS : But swear me to never let me eat a space cake again, especially if you cooked it 😉

Love you much, your Little L.

IMG_2083

J’ai rencontré pas mal de gens géniaux dans ma vie mais certains occupent une place encore plus spéciale dans mon coeur. Je crois que ce ne serait pas juste de garder des gens formidables comme ça rien que pour moi. Laissez-moi donc vous présenter Ammie.

Vous connaissez déjà mon avis sur les coups de foudre « amoureux », mais là pour le coup je crois beaucoup plus aux coups de coeurs amicaux. Je pense sérieusement qu’Ammie est un peu une âme soeur.

J’ai rencontré Ammie en même temps que le reste de notre groupe, le 3ème jour de notre échange aux Pays-Bas. Si je me souviens bien, nous n’avons pas beaucoup parlé la première fois. Nous n’étions même pas dans la même chambre. A vrai dire je suis plus rapidement devenue amie avec une autre Thaïlandaise, Cake.

Pourtant, je me souviendrai toujours cette dernière nuit de notre voyage d’intégration. Tout le monde était super excité de rencontrer tout ce monde. Je crois bien qu’on a parlé et joué jusqu’à deux heures du mat’ cette nuit là. Perso je traînais bien sûr avec des mecs, dont ce charmant russe, mon nouveau pote Etats-Unien et mes deux nouveaux meilleurs amis allemands.

Je n’ai donc pas beaucoup parlé à Ammie cette nuit là mais nous nous sommes souries plusieurs fois, comme si même sans parler on savait qu’on allait devenir amies. Je l’ai tout de suite trouvé super sympa. Je ne savais pourtant rien à son sujet à part peut-être qu’elle était Thaïlandaise et qu’elle étudiait à Stockholm. On avait aucun cours en commun et nous aurions pu jamais nous revoir pendant cet échange.

Et pourtant, le week-end d’après, nous étions plusieurs à planifier un week end à Amsterdam. Au départ nous étions que 2 filles pour 10 mecs… J’en menais pas large. Encore moins le jour où je me suis retrouvée dans la chambre des Canadiens. Puis Mia et Ammie sont arrivées, OUF ! Ammie a donc décidé de se joindre à nous pour ce week end à Amsterdam, ce qui me fit très plaisir.

Puis j’ai eu un petit souci de logement. J’ai dû déménager et trouver un nouveau truc rapidement. Un peu par hasard, mais aussi par chance, je me suis retrouvée dans cet immense immeuble dans la banlieue de Rotterdam. J’avais un peu peur de vivre aussi loin du centre, et d’être si lon de mes nouveaux amis. Puis, en discutant avec Ammie, nous avons finalement compris qu’en fait je vivais juste un étage au dessus d’elle.  Quelle chance ! Surtout que c’était juste un jour avant notre départ pour Dam.  Puis nous avons passé la soirée dans l’appart d’un autre membre du groupe, Michal, mon ami Tchèque qui m’a lui aussi beaucoup aidé pendant cet échange. Michal qui me cuisina d’excellentes pâtes, grâce à une recette que notre cher Beppe, lui avait déjà apprise. La Team du Wilgenborg était donc créée.

Le samedi matin, nous voilà parties Ammie et moi avec nos deux gros sacs, prêtes à rejoindre les autres à la gare, et à enfin découvrir Amsterdam.

C’est avec Ammie que je suis allée dans le premier Coffee Shop de ma vie. Elle a était à la fois une grande soeur et la meilleure amie dont j’avais besoin sur place. C’est avec elle aussi que j’ai eu le plus de fous rires. Cette fille parle merveilleusement bien anglais, elle cuisine comme une reine et m’a appris beaucoup. Beaucoup en cuisine, beaucoup en amour, beaucoup en tout. Au début j’ai eu un peu peur quand j’ai su son âge. 5 ou 6 ans de plus que moi… Peur qu’elle me trouve trop immature et pourtant, à moins que je me trompe, elle n’a jamais pensé ça de moi.  On a beau être de cultures complètement différentes, Ammie est une fille géniale et ouverte d’esprit. Elle a tout su sur mes histoires de coeur, mes plans cul, et je crois que j’en ai su pas mal aussi ^^.

Je n’oublierai jamais notre première sortie en vélo. Toi conduisant mon tout petit vélo français, et moi derrière. Je devais descendre dans les montées et d’aider avec mes pieds au démarrage. Bien sûr, ce soir là nous nous sommes perdues et tous nos potes nous attendez. Il y a aussi ces fois où après des before, nous prenions nos vélos pour aller en boîte et où nous ressortions à 3 h du mat, dans des rues couvertes de neige. Que des supers moments avec toi

Quand j’ai parlé de toi à ma famille, j’ai dit que tu étais un exemple pour moi, un modèle, la plus belle personne que j’ai rencontré durant cet échange, et Dieu sait que toutes les personnes que j’ai rencontrées étaient toutes plus géniales les unes que les autres.

J’aime tous nos amis et j’espère rester en contact avec eux mais si je devais garder qu’une personne parmi eux, ce serait surement toi !

Je n’oublierai jamais ces pizzas partagées dans ta chambre, nos visites à Albert Heinj, et surtout notre plus gros point commun la gourmandise ! C’est d’ailleurs ce joli défaut qui nous a fait acheter très vite un joujou en commun, notre four ! Et si j’ai tant grossi pendant cet échange, c’est surement un peu ta faute ^^.

Je n’oublierai pas non plus cette peur que j’ai eu cette nuit où tu me suivais en vélo et où soudain je ne t’ai plus vu. Cette nuit où tu es tombée de ton vélo parce qu’avec Gemma on allait trop vite et parce que ces charmants espagnols faisaient les couillons ^^. J’ai imaginé le pire, je me voyais déjà finir notre échange à cause d’un malheur qui te serait arrivé. Mais comme tu es une guerrière, tout a bien fini !

Ammie, je t’adore, tu me manque et même si je ne suis pas sûre qu’on se revoit un jour, je n’oublierai jamais cet échange et c’est grâce à toi, qui l’a rendu encore plus spécial.

Si j’étais un mec ou si nous n’aimions pas tant les hommes, je t’épouserai !

Même ce soir là, pendant mon RDV avec l’un des plus beaux mecs de la Terre, j’étais contente que tu sois là, dans ma cuisine puis avec nous à boire ce délicieux vin blanc ^^.

Avec toi j’ai parlé de tout, d’amour passionné, de sexe, et peut-être même de politique.

Ammie, n’oublie jamais, les Brésiliens sont les meilleurs coups ! Merci d’avoir choisi Rotterdam, merci d’avoir habité cet immeuble. Si j’avais su, j’aurais demandé à être ta colloc’, après tout c’est un peu ce qu’on était. Quand nous n’étions pas ensemble on se parlait d’un étage à un autre via Facebook.

Et tu sais quoi ? Je crois que c’était nous la réelle dream team de cet échange ❤

Love you much, your Little L.

Meetic, je suis venue, j’ai vu, je suis partie !

Lors d’un week-end d’égarement, où je suis restée un peu trop longtemps seule, j’ai été faible. Très faible même. M’étant jurée de ne pas retourner sur Adopte un Mec, j’ai cédé en faisant mes premiers pas sur e-darling.

Je dois dire que les pubs M6 y ont été pour beaucoup dans mon choix. Un site de rencontres par affinités, quoi de mieux? J’y suis donc allée les yeux fermés, me disant que les profils proposés me correspondraient forcément plus que sur les autres sites. J’ai bien passé une demi-heure à compléter des tas de questionnaires tous très « utiles », avec 20 fois les mêmes questions. Une fois cette étape finie, je me retrouve enfin avec une liste de prétendants censés correspondre à mes réponses. Bon déjà il devait y en avoir à peine 5 ou 6. C’est déjà pas mal pour un début mais bon, un peu lèg’ quand même. Puis surprise, tu as envie de parler à un des mecs avec qui tu sembles avoir des points communs, pas de soucis mais sors ta CB avant. Et oui, presque tout est payant. Oui oui, même pour les filles.

Ma curiosité étant éveillée, je me rabats donc sur le plus mythique des sites de rencontres. Je dois dire que ce fût un coup dur psychologiquement. Et oui, pour moi Meetic c’était pas avant mes 35 ans quoi. Oui j’aime prévoir les choses, je sais c’est minable mais bon.

Je complète donc mon profil et c’est parti pour une nouvelle aventure. Ici on ne reçoit pas des charmes, mais des mecs flashent pour nous, et on peut flasher en retour. Pas de surprises je me retrouve vite envahie de flashs et de messages sur le chat (oh la prétentieuse). Non non je n’ai pas les  chevilles qui enflent, attendez de voir la suite.

Comment dire, Meetic c’est pas trop mal mais impossible de filtrer qui peut te contacter, sauf en payant bien sûr. Du coup, alors que mon profil précisait bien que je cherchais des gens entre 20 et 29 ans, je me retrouve avec des personnes de 35, 40 ans qui souhaitent me rencontrer. Euh les gars, vous savez pas lire à vos âges ? Et là c’est le drame. Plein de gens qui veulent te parler sur le chat et des mails zarb du genre « Voudrais-tu me prêter tes yeux? » Euh non et re-non !

Dans le lot, je parle à 2 ou 3 personnes, dont un papa, ce qui me fait pas mal flipper, moi la jeune fille insouciante de 22 ans. Il y aussi celui qui met pas de photo et qui veut te rencontrer sur le champs. T’as beau lui expliquer que tu voudrais discuter un minimum avant et accessoirement voir à quoi il ressemble, mais non, il préfère abandonner la discussion. Ouf, un boulet de moins.

Puis il y a Rémy. Une jolie bouille, un profil sympa. On commence donc à discuter et on rigole bien. Mon coeur d’artichaut se laisserait presque aller. Tout se passe bien. Après 24h on se téléphone, et ça commence à se gâter. C’est fou mais pour moi, la voix a son importance. Quand il m’a dit qu’il chanter du Laura Pausini depuis ses 15 ans, j’ai débord cru qu’il rigolait, puis… Puis, comme je suis un peu superficielle comme meuf, et surtout un peu en manque, oui faut le dire, mes hormones s’emballent dès qu’il y a un peu de testostérones dans l’air. Mais attention, ils ne s’emballent pas non plus pour n’importe qui. En ce moment, mes hormones sont très portés sur les corps musclés, bronzés et pourquoi pas tatoués. Rien que ça.

Le charmant Rémy décide donc de m’envoyer une photo plus récente. Comment dire, rien à voir avec le gars mignon qui lui servait d’appât. C’était bien lui hein mais genre y’a cinq ans, et avec pas mal de kilos en moins. Pourquoi Rémy ? Pourquoi as-tu fait ça ? Je n’avais rien demandé moi. Je l’aurais surement accepté ce RDV tu sais, mais tu as juste cassé tout le film que je me faisais. Faut dire que pour moi, un RDV galant qui finit pas par un baiser, c’est un échec complet. C’est comme ça que parfois, même si le mec ne me plaît pas, je me retrouve à lui trouver un petit quelque chose qui me fait lui rouler des pelles inopinées alors que j’e m’étais rendue à ce date dans l’optique qu’on reste amis… Et oui Rémy, tu as peut-être été trop honnête. Je suis sûre que tu étais conscient qu’il y avait une différence entre les 2 photos mais tu as voulu me prévenir. Je peux pas te le reprocher. Moi par contre, je t’ai surement déçu. Je me suis un peu déçue aussi mais je suis comme ça. J’avais l’impression de ne plus parler à la même personne, à celle que j’avais idéalisée. Je me serai surement laissée avoir une fois de plus, si seulement tu ne m’avais pas envoyé cette photo, on serait surement allée la manger cette glace.

Comme je ne suis pas complètement une garce, j’ai continué à te parler. Je me suis dit que mon attitude était vraiment débile mais tu n’as pas non plus trop insisté. En moins de 48h, nous nous sommes plus donnés de nouvelles. J’ai discuté avec 2 ou 3 autres personnes, j’ai gardé un contact. Surement encore un piège dans lequel je vais tomber mais bon, au moins j’aurai essayé. Puis y’en a un autre, qu’avait l’air sympa, mais qui lui aussi ne me plaisait pas. On a commencé à discuter puis j’ai quitté Meetic, après 48h d’inscription. Quelques heures après, j’avais un message Facebook. Il m’avait retrouvé juste avec mon prénom et grâce à l’aide d’un ami commun sur Facebook, ça aide lors de la recherche par prénom… La prochaine fois, je donnerai un faux prénom ! Je dois dire que je n’ai pas vraiment appréciée la démarche mais j’ai répondu poliment quand même. Puis aujourd’hui, il s’est engatsé le garçon. Alors qu’on avait pas parlé depuis des jours, je reçois un : »Tu es un femme étrange. » Qu’est-ce qui se passe dans ta tête mon gars, c’est ta méthode de drague? Tout ça parce que pour être polie, je lui ai dit que je préférai laisser faire le hasard et que du coup je quittais Meetic. Il a fini par me dire que je finirai avec un con qui me rendrait malheureuse. Et moi de lui répondre, que j’en avais bien conscience mais que c’était ma destinée. Non je ne sortirai pas avec ce mec qui ne m’attire pas un yota mais je pense qu’il n’a pas tout à fait tort. Je finirai surement avec un con qui me rendra malheureuse… Voilà d’ailleurs ce que j’ai dit à mon ex il y a quelques mois : »Si tu dois revenir dans quelques années, ne tarde pas trop, sinon je finirai marier à un con et ça sera trop tard. » Bien sûr cette phrase n’est plus d’actualité mais à trop accorder d’importance au physique, c’est surement dan cette situation que je me retrouverai, surtout quand on sait que je suis loin d’être une top model !

N’empêche que femme d’un con ou pas, je crois qu’on a encore quand même le droit de refuser de rencontrer un gars, parce que tout simplement, il nous plaît pas et encore plus quand il a des petites tendances psychopathes, genre te chercher sur Facebook seulement avec un prénom…

Les sites de rencontres et moi, c’est donc toujours du bonheur. Je pense que même pour un plan cul, je n’y retournerai plus.

Le jour où j’ai été la femme la plus forte du monde (ou l’art d’exagérer)

Le 4 Novembre dernier, j’ai surement pris l’une des décisions les plus décisives de ma vie. Oui c’est bien moi qui me suis faite larguée 3 jours après, mais je reste persuadée qu’il n’aurait jamais eu le courage de le faire si quelques jours avant je n’avais pas pris mes clics et mes clacs. Pas de couilles un jour, pas de couilles toujours.

Oui ce jour là, après plusieurs jours d’engueulades, plusieurs disputes et avec cette affreuse sensation d’être arrivée à un point de non retour dans notre relation, j’ai cette fois-ci pris mon courage à deux mains. Ce n’était pas le première fois que j’y pensais mais j’avais toujours une bonne excuse. Il arrivait toujours à me retenir. Je pensais à ce confort que j’allais perdre et du coup je restais. Il y a aussi ces fois où l’on s’engueulait au téléphone et où je me disais que je ne pouvais pas rompre maintenant, que j’avais laissé des affaires auxquelles je tenais chez lui et que je n’aurai jamais le courage d’y retourner pour les récupérer.

Ce 4 novembre, j’ai voulu me prouver et lui prouver aussi que j’avais le courage de partir, que non je ne lui appartenais pas complètement et que je pouvais reprendre ma vie en mains quand je le voulais. Au fond, si je ne l’avais pas fait avant c’est que je savais que ça le vexerait à un tel point qu’il ne pourrait jamais me pardonner.

Il n’a pas compris de suite quand j’ai vidé mon placard. Il m’a demandé ce que je faisais. Je lui ai dit  que je partais, et que je  prenais tout, au cas où je ne revienne jamais. Et je ne suis jamais revenue.

A cet instant là je n’y croyais pas. Je pensais qu’une fois de plus il me retiendrait. Que le lendemain ou le soir même il sonnerait chez moi pour qu’on se réconcilie. Comme il l’avait fait la fois précédente. Si j’avais su, j’aurais regardé une dernière fois cette vie qu’on s’était construite, nos animaux, « notre » chambre comme il disait, toutes ces photos de nous que je lui avais offertes. Cette chambre, je ne l’ai plus jamais revue.

Oui il a essayé de me retenir. Il est monté à côté de moi dans ma voiture pour essayer de me dissuader. Je crois que c’est surtout parce qu’il avait peur que je me plante avec ma caisse à cause des larmes qui brouillaient ma vue.

photo (21)

En fait je n’ai pas pris toutes mes affaires. J’ai laissé mes deux pyjamas, celui d’hiver et celui d’été, mes pantoufles, mes produits pour le bain, ma brosse à dents et mes sextoys…

Les sextoys, tout simplement parce que sur le coup je n’y ai pas pensé, et parce que ça la fout un peu mal de penser à ça en pleine rupture quand même. J’ai laissé le reste parce que je savais que je ne m’en servirai plus sans lui, c’était trop lié à chez lui. Toutes ces choses n’auraient juste pas été à leur place chez moi.

Je suis finalement arrivée entière chez moi, j’ai même réussi mon créneau. Je me suis fait un rapide ravalement de façade dans le rétro, j’ai respiré un grand coup avant d’affronter mes grands-parents qui étaient chez moi ce jour là. Je ne voulais pas qu’ils me voient dans cet état, puis de toutes façons, ils n’auraient pas compris…

Oui ça a été dur. Oui pendant longtemps je me suis dit que si je n’étais pas partie, ça ne se serait pas passé comme ça mais avec le recul, j’ai fait l’un des meilleurs choix de ma vie. Ce jour là je n’avais pas d’excuses, il ne faisait pas nuit, il n’y avait pas ses parents au milieu (pas comme la fois précédente, mais sans mes affaires ^^), et je n’avais rien à y perdre vu la situation. J’espérais même que ça lui fasse un ultra-choc, qu’il voit qu’il pouvait me perdre.

Quand j’ai quitté le lotissement et que j’ai vu qu’il ne courait pas derrière la voiture, j’ai su que c’était fini. Oui pendant quelques jours il m’a laissé des messages en pleurs sur mon répondeur, me disant qu’il ne pouvait pas vivre sans moi, etc… Puis 3 jours après, après une conversation téléphoniques des plus larmoyantes, et dieu sait que ça arrivait souvent, j’ai finalement demandé : « donc on est célibataire ? » Sa réponse positive sera la seule décision qu’il ait prise dans cette rupture. Sans explication, il a affirmé vouloir mettre fin à cette relation de 4 ans.  Après 7 mois, je me dis que je n’ai pas perdu tant que ça au change. Quand je vois qui il est devenu, je me dis qu’il a soit pété une durite, soit qu’il a vraiment caché son jeu pendant 4 ans. C’est juste (devenu) un gros con. Aucune logique dans ses actes, il fait tout ce qu’il détestait avant. Quand je vois sa gueule sur Facebook, je me demande vraiment si c’est le même. Même physiquement il me dégoûte, pourtant il n’a pas tant changé.

Je crois que c’est le jour où j’ai eu le plus de courage de ma vie, le jour où j’ai quitté celui que j’aimais et sept mois plus tard, je trouve que c’est l’une des choses les plus intelligentes que j’ai faite dans ma vie. Je n’ai plus de regrets et je sais que dans une autre relation, je n’attendrai pas si longtemps pour réagir. Rien que le fait de penser à partir, c’est je crois le signe que quelque chose ne va pas.

Soyons fortes, en amour comme dans la vie, ne nous laissons plus bouffer par les hommes.

 » I Feel Good »

« When I hold you in my arms« 

Passons sur les autres paroles de cette chanson qui ne sont pas appropriées à la situation. Juste un petit post pour vous dire à quel point je me sens bien dans ma (nouvelle) vie.

A quel point j’aime cette vie que je découvre. Une vie où aucune homme n’est là pour me mettre la pression, pour me faire des scènes parce que j’ai envie de sortir avec les copines, envie de faire du shopping ou passer du temps en famille.

Certes, parfois j’aurais moi aussi bien envie de me réveiller à côté d’un cher et tendre hypothétique, trouver du réconfort après une journée de boulot ou encore profiter de tous ces petits moments à deux qui sont si géniaux, mais entre nous, je ne suis même plus sûre que tout ça vaille le prix de la liberté.

Non je ne regrette toujours pas ces magnifiques années à ces côtés. Ce serait plus qu’ingrat. Je ne serai pas qui je suis, si je n’avais pas vécu cette histoire avec lui, avec eux mais maintenant que je prends du recul, quand je me pose et repense à certaines situations qu’il m’a fait vivre, je me rends bien compte que j’étais dans un autre monde. Oui cette famille, elle a été ma famille pendant 4 ans, mais entre nous ils avaient beau critiquer la mienne, je pense qu’on est plus « sains d’esprit » qu’eux. Avec le recul ils étaient vraiment bizarres et je ne sais pas comment j’ai pu accepter tout ça. L’amour surement.

En attendant je ne veux plus de belle-famille avant 30 ans !

I feel good. I feel good de redécouvrir ce monde dans lequel je vis. De pouvoir me coucher, de faire ce que je veux de ma soirée sans me dire qu’il faut que j’appelle Monsieur. Plus de réunions de famille où les seuls mots qu’on t’adresse sont pour te traiter de  « Marine Le Pen » dans une famille d’une autre culture que toi, parce que le mec, de la cousine, de la cousine par alliance a une fois de plus trop bu. Je souhaite du courage à celle qui devra rencontrer tous ces cons, ces oncles au passé tous plus obscur les uns que les autres, les secrets de famille, et les réflexions blessantes.

Moi j’encape déjà la mienne de famille, c’est amplement suffisant.  Je suis libre, et je compte bien en profiter.

Non je ne dénigre pas cette famille qui a été plus aimante avec moi que ma propre famille mais je ne referai pas une telle erreur, tomber plus amoureuse des parents, que du mec lui-même. En fait, je crois que cette rupture m’a enlevé un nombre incroyable de poids que je portais sur mes épaules. Tous ces secrets, je crois que je n’aurais jamais pu faire ma vie avec lui en lui cachant que j’en avais parlé à tous mes amis. Et je pense qu’à ce moment là notre histoire se serait forcément terminée. Oui j’ai assumé ses problèmes avec lui, parfois même plus que lui, mais moi je ne suis pas comme lui, je ne pouvais pas les garder pour moi.

Comment je sais que je vais bien ?

Je n’ai plus pleuré depuis plus d’un mois, parce que simplement je ne suis plus triste. Non je ne comprends toujours pas mais je me sens bien comme ça. J’ai presque envie de lui envoyer une carte pour lui dire merci. Qu’en fait je m’en rendais pas compte mais oui toues ces fois où on s’est disputé, il avait raison, il gâché un peu ma jeunesse. Du coup je le remercie de m’avoir « rendue » ma liberté à l’heure où je peux encore largement en profiter. Oui je serai surement un poil plus heureuse avec un homme que j’aime à serrer de temps en temps contre moi mais il faut bien que je garde en tête qu’il vaut mieux être seule que mal accompagnée.

Allez, je vous le dit, j’ai eu un moment de faiblesse en pensant au fait qu’il est rentré en France et que depuis une semaine, je peux le croiser à tout moment dans Marseille. Bien que je me sente mieux, je ne suis pas sûre d’assumer un face à face surprise, comme ça en pleine rue. Du coup, pour penser à autre chose durant un week end trop peu animé, je suis allée refaire un tour sur les sites de rencontres. Et ça a le mérité de bien m’avoir fait rigoler. Je vous en reparle très vite.

IMG_2674[1]

Moi qui ai toujours fait confiance au destin, et aux signes que celui-ci m’envoyé, je crois que je vais une fois de plus laisser faire la vie plutôt que me jeter dans les bras du premier désespéré venu.

10 bonnes raisons de draguer au volant.

Quand une adepte des transports en commun comme moi passe à un mode de locomotion plus individuel, elle change forcément aussi son mode de drague. Et oui, j’ai souvent rêvé de rencontrer le prince charmant dans le métro par exemple, et après les trains et les avions, je parie que ça finira par m’arriver ^^. A ce propos, je ne suis pas la seule à y croire. Si vous êtes un poil rêveuse comme moi, je vous conseille fortement le Spotted du Métro Parisien. Si le bonheur des autres fait un peu votre bonheur, allez-y foncez ^^. Je sais, c’est débile, j’habite Marseille et je ne me ferai donc surement jamais spotted sur ce groupe mais ça me plaît ^^. Je crois pas qu’il en existe pour le métro marseillais et c’est tant mieux parce que :  » Dédicace à la Gadji trop bonne qu’est montée à Estrangin avec un t-shirt plein le Q, le tien m’a fait bander. Si j’te recroises… ». Bon j’exagère un peu mais y’aurait forcément des conneries du genre.

Puis, depuis un an, j’ai troqué mon abonnement RTM contre Titine. Mes hormones en ayant un peu rien à foutre de la sécurité routière, ils n’ont pas trop compris que la drague au volant, c’est dangereux. Tous les matins, je me prends donc à partir à la recherche du conducteur de mes rêves. Oui c’est peut-être pathétique mais ça  a ses avantages.

IMG_2659[1]

Pas convaincues par la méthode ?

Voilà pourtant mes 10 bonnes raisons de draguer au volant :

1) D’abord dans les embouteillages on se fait chier donc pourquoi pas en profiter.

2) Tu n’es pas sûre que le joli jeune homme dans la twingo blanche à ta droite soit célibataire ? Rien de plus simple. Premier indice, un monospace ? Laisse béton, c’est mal parti. Un siège auto à l’arrière, c’est mort. Dernier indice ? Regarde ses mains sur le volant. Une alliance ? Lâche l’affaire et passe ton chemin.

Un siège auto mais pas d’alliance, y’a de l’espoir, il est peut-être divorcé ^^.

3) T’es plutôt une fille timide ? Pas de soucis, les bouchons c’est pas non plus l’endroit le plus pratique pour avoir une grande discussion. Tu peux utiliser ton klaxon pour te faire remarquer.

4) Peur de tomber sur un gars complètement fauché ? Regarde dans quoi il roule ça te donnera une petite idée. Certes il peut avoir utilisé toutes ses économies pour se payer sa caisse mais bon on est jamais à l’abri de rien.

5) L’humour, c’est tout ce qui compte pour toi ? Tape toi un petit solo avec ta radio, fenêtres grandes ouvertes et regarde la réaction des conducteurs qui t’entourent.

6) Un gentleman sinon rien ! Essaye de te rabattre dans sa file pour voir s’il te laisse passer. Si c’est le cas, n’hésite pas à le remercier de ton plus large sourire et d’un geste de la main.

7) T’as peur en voiture ? Profites-en pour checker sa conduite avant d’occuper la place du mort avec lui au volant.

8) Tu te prends un vent après avoir osé lui envoyer un baiser par la vitre ? Ne rougis pas, appuie sur le champignon et change de direction.

9) Cette fois c’est sûr, le jeune homme dans la petite Golf gris métallisé est le futur l’homme de ta vie. Tu ne veux pas le laisser s’enfuir quand le feu passera au vert ? Quoi de plus facile qu’un petit carambolage improvisé?! Les hommes et leurs bagnoles on sait bien que ça vaut toutes les histoires du monde. Il n’hésitera donc pas à descendre pour voir l’état de sa caisse et au passage t’engueuler un peu. Ah toi de lui expliquer que si tu lui es rentré dedans, ce n’est ni plus ni moins la faute de ce regard noisette que tu voyais dans le rétroviseur ! Easy non ? Ok, ça peut te revenir cher donc vaut mieux bien choisir et éviter de craquer pour un nouveau gars à chaque fois que tu prends le volant ^^.

10) T’as calé au moment du passage au vert et a perdu sa trace ? N’oublie jamais de noter sa plaque d’immatriculation. Avec un peu de chance tu trouveras bien un pote flic pour te retrouver ses coordonnées ^^.

PS : pour un tel mode de drague, pas besoin de beaucoup de matos, une caisse et surtout, une bonne assurance !