Lui dire que je ne l’aime plus

En amour, je peux être une vraie battante, donner tout ce que j’ai, être la plus courageuse et parfois peux aussi être une vraie fiotte.

Des semaines et des semaines que j’essaye de mettre fin à l’histoire que je vis actuellement. Des semaines que j’espère qu’il se réveille un jour avec une révélation, que du jour au lendemain, il veuille lui aussi tout arrêter.

Faut dire que ça faisait un moment que j’avais pas eu à faire ça moi, puis à l’époque, j’avais pas conscience de la peine et du mal que ça pouvait faire. Et surtout, je sais que lui aussi a déjà pas mal souffert en amour et j’ai pas envie d’être celle qui le fera souffrir de nouveau.

J’en ai pas envie, mais ai-je vraiment le choix ?

Je sais que non. Je sais que rester avec lui ce n’est pas honnête et au plus ça durera, au plus il souffrira…

Bien sûr je pourrais juste lui donner le lien vers cet article, mais je pense pas que ce soit la façon la plus délicate de lui annoncer que non, malgré tous ses efforts, je ne l’aime plus.

Avant ça ne m’aurait pas dérangé de faire ça par texto, le plus simplement possible, mais ça, ça allait pour les petites amourettes d’été. Là, il est vraiment sérieux et ça serait vraiment minable de faire ça comme ça.

J’ai bien tenté le face à face hein, mais une fois de plus, j’ai affaire à un sensible et je dois dire qu’un mec qui pleure, outre le fait que je trouve ça affligeant (surtout après 2 mois de relation), ça me déstabilise et je me sens putain de mal d’être la cause de ce chagrin…

Beaucoup me diront que je suis une salope à dire aux gens que je les aime puis du jour au lendemain sauf que comme je lui ai déjà dit, quand je dis je t’aime, c’est que je le pense vraiment. C’est quand je ne le dis plus qu’il faut s’inquiéter.

A vrai dire, c’est vraiment quelqu’un d’adorable, gentil, assez mignon mais tout, tout nous oppose. Pas les mêmes opinions, pas les mêmes ambitions, pas le même mode de vie… A y penser, j’ai trouvé que 3 points communs : on a tous les 2 passé un Bac ES, notre parfum de glace préféré, c’est celle au yaourt et enfin, nous sommes tous les 2 d’accord que les vrais Pim’s, ce sont ceux à l’orange. Bien que l’histoire des Pim’s soit très importante ^^, ça fait quand même pas lourd.

Je vois pas ma vie avec lui, je là vois pas dans 1 mois et encore moins dans 1 an. J’ai pas envie de partager des choses avec lui, pas envie de partir en vacances avec lui, pas envie de le présenter à ma famille…

Je ne l’aime plus, comment faire ?!

J’ai été traitée pendant 4 ans mieux qu’une princesse, comme une vraie reine, je veux pas la même chose mais un peu de rêve quand même et là, je vous le dis, on en est train loin…

Appelez moi Madame la factrice !

Nouvelle année, nouvelle ville, nouveau job, nouvelle vie.

Après avoir fait une immersion dans le monde de la santé pour quelques mois, me voilà maintenant dans celui du courrier, si si j’vous jure. Et oui, me voilà pour un an au sein de cette institution à laquelle on a tous déjà été confronté, oui vous savez, cette entreprise contre laquelle on râle presque aussi souvent que contre la Sécu et les impôts.

Bingo, je parle bien de l’entreprise au logo jaune et bleu.

Intégrant l’entreprise en tant que cadre supp’, et devant gérer des emplois et des fonction que je connais comme tout le monde de loin, il était important que je vois de mes yeux vus, ce qu’est vraiment le métier de Facteur !

20130923162834699

Me voilà donc debout à 5h30, baskets aux pieds pour aller bosser. 6h45 début du service.

Et c’est parti pour le tri général, ce truc de malade où tu dois connaître tous les quartiers de ton secteur, à Marseille, cela signifie connaître toutes les rues d’un arrondissements et surtout savoir à quelle tournée elle appartient. C’est juste un truc de malade.

Et à chaque fois que tu penses avoir fini de trier, ton chef revient te remettre une pile de lettre sur ta paillasse… Le bonheur quoi. Surtout qu’à 7h du mat’, t’as intérêt à avoir la tête fraîche !

Et une fois que ce qu’on appelle le TG est fini, on passe au tri par rue et numéro. On essaye de déchiffrer les fausses adresses et les écritures illisibles, on récupère les recommandées et c’est parti pour la tournée.

Dieu soit loué mon formateur était très sympa et fait un peu sa tournée à sauce. Comprenez qu’au lieu de prendre les 2 bus qu’il est censé utiliser pour aller sur son lieu de tournée, Monsieur prend sa voiture. Hemdoullah. Du coup nous voilà partie, carriole pleine de courrier dans le coffre. Et on se gare puis c’est parti pour 2h30 de tournée en plein cagnard !

Qu’on se le dise, j’ai rattrapé le bronzage que je n’ai pas pu avoir pendant mes « vacances ». 2h30  et c’était l’un des plus beau quartier de Marseille, et surtout une petite journée. A écouter le facteur que j’accompagnais en tournée, c’est vraiment un plaisir de faire ce métier. Il m’aurait presque donné envie de me reconvertir (lui aussi, rappelons que j’ai failli entamer des études d’infirmières lors de ma 1ère semaine à l’hôpital ^^). Malheureusement le salaire, les horaires et le boulot le samedi, je suis pas sûre que je tienne très longtemps. Je dois que m’imaginer à l’air libre me fait tout de même un peu plus rêver que toute une carrière assise derrière un bureau mais à moi de choisir un secteur qui me permette d’allier les 2 aspects.

En tous cas, pour ma part, même si je suis un peu perdue dans ce milieu assez masculin et un peu beaucoup prolo (que je suis aussi hein), j’admire ces gens, leur minutie, leur concentration et leur mémoire ! J’ai aimé passé cette matinée en compagnie d’un facteur et je pense que si tous les français voyaient un jour comment ça se passe à l’intérieur, ils se plaindraient beaucoup moins. Et oui, facteur c’est pas un métier fastoche, surtout tout une vie. Et l’étudiante en RH que je suis peut vous dire que oui, les facteurs méritent bien la reconnaissance de la pénibilité de leur travail.

Alors la prochaine fois, avant de pester à la moindre erreur de votre petit facteur, pensez à tous ces autres jours où il vous apporte votre petit courrier en temps et en heure, qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige !

Ces 5 trucs tendances que je trouve juste affreux !

J’ai hésité un petit moment pour savoir sur lequel de mes deux blogs je devais publier cet article puis finalement j’ai opté pour celui-ci. Je suis toujours pas convaincue d’avoir fait le bon choix mais peu importe, j’ai envie de partager avec vous ma répulsion face à certains vêtements top tendance !

Les adages disent que « Tous les goûts sont dans la nature » et que « Les goûts et les couleurs ne se discutent pas. » N’empêche que « la vraie fille » que je suis, celle qui adore les vêtements et le make up plus que tout, qui lit Glamour depuis ses 12 ans, a parfois du mal à comprendre où va la mode. Sans être accro aux tendances et à la mode, j’aime être au courant et j’aime énormément ces ambiances de Fashion Week. Pourtant,  il y a des fois où dans la vie quotidienne, je me dis que certaines tenues auraient dues rester sur les podiums, voire n’avoir jamais existées.

Outre les fameuses cagoles de Marseille et leur vulgarité légendaire, il y a d’autres tendances de cette année que je ne comprends absolument pas et auxquelles je ne peux adhérer.

Genre quelqu’un en a quelque chose à foutre de mon avis sur la mode ^^

Voilà donc les 5 trucs que j’ai pu croiser dans la rue et que je trouve vraiment hideux !

La jupe avec jupon en tulle intégré 

http://www.taaora.fr/blog/post/1203051-maxi-jupes-voile-moitie-transparentes

Vous trouvez ça esthétique vous ?

Les compensées, en différent !

Sandales  ASOS 86,16€

http://www.ykone.com/shopping-talons-compenses

Autant je suis une grande fana des talons compensées classiques, autant là, je ne comprends pas ! Je trouve ça moche que ça en peut plus. Pourquoi ?

Le short trop court

A0BxNC3CEAEpbMM.jpg large

Ok je suis de nature complexée et c’est peut-être pour ça que je m’interdis les shorts à partir d’une certaine longueur, comprenez, quand j’estime qu’il n’y a pas assez de tissus pour cacher mes défauts, j’évite. Pourtant, je suis sûre que même si j’étais la plus mince des filles sur Terre, jamais je ne porterai ce que vous voyez ci-dessus ! Question de respect de moi-même et des autres !

Déjà je voudrais comprendre l’intérêt mais en plus je suis certaine que c’est pas confortable. Elle a un string là ? J’en suis même pas sûre !

D’habitude je suis la première à ruer dans les brancards quand on dit : »Quand tu t’habilles comme une pute, que tu mets des jupes, normal que tu te fasses violer ! » Mais là les gars, c’est vulgaire et faut quand même pas être trop étonnée si tous les morts de faim te tombent dessus avec un short pareil…

http://www.viedemetro.fr/contenu/oui-c-est-l-ete-oui-vive-les-shorts-oui-mais-attention-quand-ils-sont-trop-decolettes

Les chaussures plateformes 

plateformes_visuel_1

Les compensées, oui, mais les plateformes, non ! Perso je laisse ça aux punks.

http://www.cosmopolitan.fr/,les-plateformes-chaussures-tendance-printemps-ete-2013,2510876,1871137.asp

Les boucles d’oreilles triangles 

J’avais déjà trouvé ça moche quand j’en ai vu en magasin mais alors directement porté par des filles dans la rue, j’ai envie de dire, Classe les filles !

http://www.pipole.net/zahia-none-elegante-nabilla-anges-de-la-telerealite/169185/

Je ne juge pas, sans doute que parmi vous il y en a qui aiment les tenues précédentes, c’est juste une histoire de goûts !

Nostalgie

Un jour, un jour où pour une fois tu n’as rien de prévu, pas un planning de ministre à respecter, tu redécouvres ton vieil MP3. Oui celui que tu as retrouvé par magie en rangeant (enfin) ta chambre. Tu te dis tiens, c’est bien silencieux, pourquoi pas mettre un peu de musique ?! Et là, seule dans ta chambre d’ado. Oui oui malgré tout, c’est toujours une chambre d’ado, tu renoues avec ces titres que tu écoutais à l’époque.

Tu retombes bien sûr sur des sons que Lui seul pouvait te faire découvrir et malgré l’histoire tragique qu’il y a entre vous, ça ne te fait pas mal de les écouter. Tu ne passes même pas à la prochaine chanson. Tu écoutes calmement et tu chantonnes même ces sons d’Hip Hop Underground qu’à part lui (et toi du coup), seul une petite centaine de personnes doivent connaître à présent. Et tu sais que c’est une erreur, donc tu le fais pas, mais tu as qu’une envie, celle de lui envoyer un message pour lui dire à quel point malgré tout, tu es reconnaissante envers lui pour toutes ces choses qu’il t’a montrées, apprises. Ces choses que tu as d’abord boudé, un peu pour garder TA personnalité et TES goûts, mais aussi un peu pour l’emmerder, disons-le ^^, puis tu les as aimées toi aussi ces choses. La preuve, tu apprécies toujours les écouter.

A vrai dire, ça aurait été le moment idéal pour relire ces vieilles lettres d’amour que j’évoquais hier en riant avec mon frère qui me faisait partager ces propres souvenirs de jeunesse. Il m’a d’ailleurs lu la pire lettre de rupture au monde, au moins, il en a eu une lui ^^. Puis on écoute cette chanteuse qu’on aimait tant. Ce petit bout de femme qu’on était aller voir en concert entre filles (filles qui ne se parlent plus à présent), mais ces 2 pauvres filles, ne devaient pas encore tout comprendre à l’époque. On avait quoi, 17 ans ? et on chantait à tue-tête sur des chansons aux titres très recherchés comme des « Sexe, Drogue et Rock’n Roll » et entre nous, à part peut-être au rock, et encore, on avait pas touché aux 2 autres. Et avec le recul, je suis pas sûre que la chanteuse en savait plus que nous sur  ces sujets là.

Aujourd’hui je comprends d’où peut venir l’inspiration d’une chanson sur la rupture, aujourd’hui je comprends aussi ces textes qui disent comme c’est beau l’amour, comme c’est fort et comme ça fait mal parfois, quand ça tourne mal. Oui ces chansons sont naïves, oui c’est des chansons de gonzesses, de gadjis comme on dirait chez moi, mais malgré tout, aujourd’hui, en avançant dans l’âge, je les comprends mieux ces chansons que j’écoutais il y a déjà tellement longtemps !

Les vacances en septembre

Après 5 mois de boulot non-stop où tu as vu tes potes se dorer la pilule au Soleil ou partir visiter d’autres contrées, et tes collègues partir les uns après les autres, qui en RTT, qui en congés, le mois de Septembre est enfin arrivé. Et avec la fin tant attendue de ce stage, mais aussi pleine d’émotions car mine de rien, en 5 mois tu créées des putains de liens. Ce que je retiens est surtout que cette fin était synonyme pour moi de vacances !

C’est la première fois de ma vie que ma foutue rentrée universitaire n’est pas début septembre. Du coup j’ai 3 petites semaines devant moi pour à la fois me reposer, faire tout ce que j’ai pas pu faire depuis le mois de janvier, dernière fois où j’ai eu du temps pour tout ce qui est médecins, administrations, etc…

Et je dois dire que les vacances en Septembre, j’adore ça ! D’abord parce qu’on entend parler que d’une chose en ce moment, la rentrée, le stress des enfants et aussi des parents. Et pour moi c’est tellement abstrait là tout de suite. Puis je profite encore plus de ces instants sachant que d’ici moins de 10 ans je ferai surement partie de ces mamans stressées par la fameuse rentrée à la maternelle, la 1ère d’une longue série !

Alors certes les vacances en septembre ont quelques désavantages. Malgré toutes les promos que l’on peut trouver dans le monde du tourisme, ça a un peu aucun sens que tu n’as personne avec qui partir ! Du coup ben tu ne pars pas, et à vrai dire, en y réfléchissant un peu, en 22 ans, c’est la première fois que ça t’arrive. Tu n’as vraiment pas à te plaindre ! T’en profites donc pour te refaire une santé  et pour repartir sur de bonnes bases pour la nouvelle, et normalement, dernière année universitaire.

C’est bizarre mais la ville est plus calme en septembre, un peu moins de touristes, moins de monde dans les rues. Hier en passant près d’un marché, j’ai presque eu envie de m’arrêter là sur le trottoir et prendre le temps d’observer. Cette envie de faire un arrêt sur image ! De m’asseoir en terrasse et de regarder la journée passer !

Ce qui est sûr c’est que si un jour, dans ma nouvelle vie, dans ma vie active quoi, je peux partir réellement, je veux dire changer de destination, je choisirai sans hésiter le mois de Septembre pour le faire. Malheureusement, je ne pense pas que ce soit pour l’année prochaine. A cette époque là de l’année, je serai sans doute en train de m’inscrire au chômage. Le fun quoi !

N’empêche que je compte bien profiter de cette dizaine de jours qui me restent. Je risque de ne plus avoir de moments à moi comme cela avant très longtemps. D’un côté ce sera bon signe, ça voudra dire que j’aurais trouvé un job, mais en même temps je sais que ça me demandera une énergie folle que j’essaye justement d’emmagasiner là tout de suite !

Un conseil les filles, un jour essayez vous aux vacances en Septembre.